Plus fort que tout qui pourtant résiste

Non, à la manière de l'arbre dans le vent

Non, à la manière de la côte sous la vague

Mais à la manière des tours raides, arrogantes

A l'assaut du ciel.

 

Elles se sont écroulées sans bruit

L'illusion s'efface tout simplement

L'illusion du désamour, de la séparation

L'illusion du repli en soi

A chaque fois, gagner en ouverture.

 

Mais on ne saurait parler de victoire

Le vivant ne participe pas de cette dualité

Toujours nouveau, frais, disponible

Dans ces infinités de calcul

C'est joie pour les créatures vivantes.

 

Déjà publié ici

 

948f940f19e36d742567e3d136fc409b