Mémoire et Ecritures

14 septembre 2019

Regarde !

Je n’attrape rien dans mes filets

Oui, regarde comme c’est bien

Tout a filé...

 

Déjà publié ici

 

0

Source image 

Posté par Le sous-marin à 10:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 septembre 2019

Dans ce souvenir, le souffle

Ceux-là ne marchent plus

L’un vers l’autre 

 

Ils sont, l’un dans l’autre

Reconnaissent le parfum

Parmi des myriades de traces mêlées

La couleur du jour

Dans ce souvenir, le souffle.

 

Déjà publié ici

 

0

Internet

Posté par Le sous-marin à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 septembre 2019

Je me souviens...

Je me souviens un clown au visage de cire blanche

A la larme noire d’ébène n’en finissant pas de couler

Suspension de l’œil perçant ce vide.

 

Déjà publié ici

 

0

Jordi Bonas

Posté par Le sous-marin à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2019

Le funambule

Funambule improbable

Il avance sans fil

Dans la clarté du petit matin.

 

Le sourire en bandoulière

Il passe, vous traverse

Personne ne le voit.

 

Déjà publié ici

 

0

LA CLARTE ( ar skleder )

Posté par Le sous-marin à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 août 2019

Quand tu t'éveilles

Quand tu t’éveilles

Un tressaillement au plus profond

Comme une caresse d’allégresse.

 

Tout en moi se réjouit

Chaque matin.

 

Déjà publié ici

 

00

Posté par Le sous-marin à 10:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 août 2019

Ce soir-là...

Si quelque chose est réel au-delà de nos gesticulations, si quelque chose vaut la peine qu’on se donne… comme si on le faisait pour l’autre, pour le monde…

Je l’ai voulu c’est certain, à la pointe de la désespérance, je l’ai voulu y mettant toutes mes forces, me confrontant à mes confusions, mes faiblesses, mes peurs, et cela est "donner le meilleur".

Je l’ai voulu pour ce que je sentais en toi qui m’habite aussi, pour ce que je ne reconnaissais pas… pour recevoir et être reçue dans ce qui nous fait et nous défait.

 

Tu as dit : « Sais-tu pourquoi, j’aime Vercingétorix ? »

Tu l’aimes parce qu’il fut vaillant guerrier jusqu'au principe de la terre brûlée.

Alors tu as dit : « Sais-tu pourquoi, je ne l’aime pas ? »

Tu ne l’aimes pas parce qu’il s’est rendu pour sauver Alésia.

 

Imaginez, je me suis prise pour Alésia, femme aux hanches larges avec tous ses enfants accrochés à ses jupons, des enfants à laisser grandir.

Sûr, je ne l’ai pas aimé cette histoire !

"L’amour doit toujours l’emporter et ne fait pas défaite !", criait-elle du fond de son trou, faible et gémissante.

 

Il aura fallu les laisser descendre ces mots-là, sans peur, sans reproche, pour les entendre vraiment.

Ils parlent de cette confrontation à la faiblesse en nous, le prétexte, le mensonge, là où sans cesse nous renonçons, à naître en conscience.

 

Ce soir, le ciel s’est embrasé de rouge, de noir… et puis la nuit, tout à sa juste place.

 

Déjà publié ici

 

0

Source

Posté par Le sous-marin à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 août 2019

Zazen

Clarifie-t-on l’eau trouble

En l’agitant ?

 

Poser le verre.

 

0

Posté par Le sous-marin à 12:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,